ÉTOILES FILANTES

Accueil > Poésies > Etoiles filantes

Dans les nuits lumineuses et phosphorescentes
De la terre d'Algérie, il arrivait souvent
Qu'une étoile filante, aux formes luminescentes,
Traversât le ciel pur, dans un sillage d'argent.
Ma mère disait alors, d'une voix affectée :
« 
C'est l'âme d'un défunt, trépassé à l'instant,
Qui se fraie un chemin entre la voie lactée,
Pour aller occuper sa place au Paradis. 
»
Pris dans l'imaginaire de mes tendres années,
Je suivais haletant cette étoile, tandis
Que m'agitaient soudain les affres insoupçonnées
Du mystère de la Mort, du mystère de la Vie,
Du mystère insondable et incompréhensible
D'une âme fugitive, assurant sa survie,
Et demeurais saisi d'un effroi indicible.

111 - M.B - 04.08.1997
RECHERCHER :

ACCUEIL | ARCHIVES | RECITS | SAGAS | PHOTOS | POÉSIE | PRESSE LOCALE | PHOTOTHEQUE  | MESSAGERIE | LIENS | PUBLICATIONS

Pour me contacter